Et pour finir, au sein de ces cartons de disques, se cachaient finalement quelques pépites inhabituelles, de celles qu'on voit rarement traîner sur les brocantes ou dans les bacs à soldes des disquaires d'occasion. Du rock, français mais surtout américain...

D'abord un 4-titre sans pochette des Mustangs, l'un de ces nombreux groupes français instrumentaux à guitares électriques, formés sur le modèle (anglais) des Shadows. Avec Drums, mid-tempo pas mal senti, suivi de Hully Gully Lemonad, plus rapide et joyeux. Très bonne guitare solo, qui va donner toute sa mesure en face B, avec une excellente version du Lac des cygnes (20 ans avant The Madness !), façon twist avec moult roulements de tambours et effets de vibrato ! Le disque se termine par le Neghev, un morceau de folklore, un peu moins bon (et ça tombe bien car il y a une rayure dessus).

Les Mustangs - Theme Du Lac Des Cygnes

Idéale transition entre la Françe et les Etats-Unis : un 2-titres des Hou-Lops, super groupe québecois (dont on peut entendre l'excellente pub Honda, 2 roues qui ont des ailes, sur la compilation Dans le vent vol. 2) qui interprètent Pour toute la vie, un bon rock avé l'accent, et Demande moi pardon, qui lui s'excuse d'être un poil tartignolle. Le label (Apex) mentionne « Hou Lops – Les Têtes Blanches ». Je ne sais pas si c'est le nom complet du groupe, à vérifier auprès de spécialistes du style, car il existe des dizaines d'excellents groupes et morceaux de rock sixties canadien, qu'on peut sans doute trouver relativement souvent sur les vides-greniers de là-bas (mais jamais chez nous).

Royale MonarchsJ'en arrive enfin aux USA, avec une petite série de singles obscurs sur des labels tout aussi obscurs, sûrement rapportés directement de là-bas par Seb lors de quelques voyages au pays des sources du rock and roll. Comme les Royale Monarchs, sur Dell Star Rds, qui chantent My babe, très bon rock fin 50's, en face B de Surf's up, mais que je trouve pour ma part plutôt moins bon, même si agréable, avec cris dans le fond et solo de saxo.

Raindrops - Hanky PankySur label Jubille, une version du classique Hanky Panky, par les Raindrops, groupe de chanteuses façon Shangi-Las. Une version plutôt lente qui sonne très bien, avec des fûts de batterie aux peaux délicieusement détendues (ça résonne!) et une fausse fin, suivie d'une reprise avec un baryton qui fait sa grosse voix. En face B : That Boy John, plus speed mais moins bonne compo, elle aussi signée par Jeff Barry. Je réalise soudain qu'il est aussi le producteur de ce single et c'est là qu'en y regardant de plus près, je découvre que cette 'obscure' version n'est autre que la version originale (!) qui fut ensuite popularisée par Tommy James and The Shondells, puis reprise par un tas de gens.

Label VIK

Autre curiosité, cette fois sur label Vik (aux 3 lettres multicolores sur fond noir, la classe) : Teddy Randazzo (with Henri René's Orchestra) qui joue Be my kitten little chicken, excellent rock au style un peu doo-wop, super chœurs, super guitare... - Little serenade, l'autre face, est moins intéressante.

The Rivieras

Et pour finir cette série des obscurs hits du rock and roll américain en pressage original, un classique un peu moins obscur : le superbe Let's have a party tonight, par The Rivieras (sur label Riviera !). Titre endiablé au son chaleureux qui résumerait assez bien l'esprit des soirées DJ de Seb ! La face B est étonnante : Little Donna est en fait une grosse pompe du Rock and roll music de Chuck Berry, moins groovy mais bien speed – la version ultime restant pour moi à venir, chantée par John Lennon sur le 4ème album des Beatles).

En guise de cerise sur le gâteau, restaient enfin à extraire 3 disques de garage-rock, le genre souvent le plus recherché.

J'ai reconnu assez vite un 4 titres blanc sans pochette édité par Juke-Box Magazine (le spécialiste français du vinyle rock d'occasion) sous référence JBR 10002 EP. Disques de rééditions de raretés, sans doute mis en supplément de certaines numéros, que ne devait pas manquer de décortiquer Seb Sorrow - comme nous l'avons tous plus ou moins fait à un moment ou un autre. On a ici un titre des Pirates, mais peu intéressant (Entre toi et moi), suivi d'un titre de Claude Righi, Toi qui n'y crois pas, bonne compo originale avec guitare fuzz dans le fond (dès 1965, en plus). Et en face B, Carl Perkins & The Nashville Teens : Big Bad Blues, bien mais très classique. Et enfin et surtout, Bad little woman, par The Wheels (des irlandais, tout comme Them), l'une des plus belles tueries du garage 60's, compilée sur je ne sais plus quel volume des séries Nuggets ou Peebles. À noter que la version des Shadows of Knight, groupe beaucoup plus connu, est carrément moins bonne. Ça fait plaisir de récupérer un tel truc en 45-tours !

The Wheels - Bad Little Woman - 1966 45rpm

Puis encore une réédition, de Underground Records, qui doit elle aussi dater des années 80 ou 90, un single au label jaune (toujours sans pochette) avec un groupe par face : Tobbaco Road, des anglais Nashville Teens (les mêmes qui accompagnaient Carl Perkins sur Big Bad Blues) thème blues un peu trop caricatural à mon goût, mais super dynamique dans l'interprétation. Et sur la face A, Just in case you wonder, super morceau fuzz des canadiens The Ugly Ducklings. J'ai tout de suite tilté en voyant leur nom groupe car j'avais déjà flashé sur leur titre Nothin, vraiment excellent (compilé lui aussi je ne sais plus où).

Et pour couronner le tout, un tube ultra efficace du garage rock, super dansant, Steppin out, de Paul Revere & The Raiders (pressage Columbia US d'époque, avec en face B, Blue fox, très bien aussi malgré la barre déjà très haute). Voir au passage une version télévisée haute en couleur de ce tube (ci-dessous).

Qu'est ce qui pouvait expliquer que je tombe sur un truc pareil, dans ce qui n'était sensé être qu'un amas de troisième choix – à part peut-être une rayure légère mais assez nette pour se distinguer sur toute la durée de Steppin out ? C'est surtout, redisons-le, que le troisième choix de chez Seb, c'était juste du caviar par rapport à n'importe quelle brocante de base. Ah, il avait du en fouiller, des piles et des cartons de disques, pour arriver à agréger un tel stock de rock and roll de tous styles et de tous états (du meilleur au pire), venus de tous horizons (Amérique, Italie, Belgique...)

PAUL REVERE & THE RAIDERS - 1966 - "Steppin' Out"

Mais même s'il devait faire un peu figure de champion toutes catégories, cette passion sans bornes pour la musique, Seb SF Sorrow la partageait avec bien d'autres comparses. Et il est encore possible aujourd'hui d'entendre des sets dans le même esprit que celui qu'il cherchait à faire vivre, avec des DJs comme Baldo, qui joue à droite à gauche régulièrement, ou Chris Waldo aux platines du Tiki Bar, Jay le Grand Duc du Kansas, quand il revient à Paris, Kitty et Pascal Norvin, Le Colonnel et le Dérailleur, au Cannibale Café ou sur la péniche du Petit Bain avec Big Joe, ou encore Astro et Gerald de la Fuzz, Ivan et Topper à la Mécanique Ondulatoire, David McPlatini et Gaëlle Punaise au Saint-Sauveur, Toto ou Erwan, à l'occasion, Ronan et Patrice, encore plus rarement, au Vinyle Office éventuellement. Et bien d'autres encore... Well, Let's have a party tonight !

Let's Have A Party - The Rivieras

Opération Kangourou : http://www.kangourou.populus.ch/

Tiki Lounge Bar : http://tiki-lounge.fr/

Vinyl Office Shop : https://www.facebook.com/groups/vinyloffice/?fref=ts